Premiers accords sectoriels: La concertation fonctionne

29.11.2021
Le dossier des pensions en est un bon exemple. Nous devons constater régulièrement que le ministre des Pensions ne se tient pas aux avis unanimes des interlocuteurs sociaux ou n’exécute pas à 100% les accords conclus. Espérons qu’à partir de maintenant, le bon exemple de la concertation sectorielle mènera à plus de respect de la part du Gouvernement pour la concertation sociale à tous les niveaux.

 

Augmentations salariales

Les premiers accords sectoriels ont à tout le moins pour caractéristique de modaliser aussi de façon optimale la norme salariale maximum d’1,1% issue de l’accord interprofessionnel. La concertation mène par ailleurs à d’autres améliorations du pouvoir d’achat en fonction des circonstances (historiques) spécifiques dans le secteur.

Formation

Malgré notre critique fondamentale de la loi Peeters (loi « travail maniable et faisable »), nous pouvons nous retrouver dans l’objectif de 5 jours de formation par an de la loi. Les accords sectoriels déjà finalisés prévoient ici aussi une programmation dans cette direction, même si les organisations patronales interprofessionnelles n’étaient pas du tout satisfaites de cette partie de la loi Peeters. Il a donc logiquement fallu déployer beaucoup d’efforts pour convaincre les employeurs du secteur de franchir le pas.

RCC, crédit-temps et emplois d’atterrissage

Les possibilités qu’offre encore la règlementation modifiée – notamment sur la base de l’AIP et des accords-cadres au CNT – de déroger à l’âge général du RCC de 62 ans (58 et 59 ans pour les métiers lourds, travail de nuit et carrières longues) sont reprises dans les accords sectoriels déjà conclus. L’ouverture du droit au crédit-temps avec motifs  (51 mois pour prodiguer des soins et 36 mois pour suivre une formation) et l’activation des emplois d’atterrissage au niveau des secteurs sont des composantes importantes des accords déjà conclus.

Autres dispositions diverses

Il va de soi aussi que de nombreux points propres à chaque secteur sont abordés dans ledit secteur.


Enfin, signalons encore que de nouvelles atteintes au bien-être des travailleurs ont été écartées et que l’ingénierie (au détriment de la sécurité sociale) au niveau de toutes sortes d’avantages extralégaux est en grande partie évitée.


Espérons que les lignes tracées dans les accords sectoriels déjà conclus seront également prolongées dans les autres secteurs, également là où le départ était/est un peu plus difficile.

Partager cet article :